top of page

Chôra - installation sonore interactive

A l’époque classique, la chôra faisait partie de la polis, la ville. Dans la Grèce antique, les deux ne s'opposaient pas comme on oppose parfois ville et campagne de nos jours. La chôra n'était pas soumise à la ville, il y avait complémentarité : ceux qui résidaient en ville vivaient souvent de leurs terres dans la chôra et beaucoup de gens du pouvoir urbain résidaient dans la chôra.

Chôra a également une dimension philosophique.

Pour les philosophes, notamment Platon, deux termes définissent le lieu :

  •  le lieu « objectif » et cartographiable, celui que vous voyez devant vous, avec ses dimensions, ses arbres, ses plantes, que l’on pourrait résumer par : « où est-ce » « là où il y a quelque chose ».

  • matrice existentielle, que l’on pourrait résumer par « pourquoi donc cet où ».

Chôra pose bien des problèmes aux philosophes : il détermine les dimensions objectives du lieu, celles en mouvement, celles en devenir, de l’être et du non être. C’est la dimension sensible et symbolique du lieu, celle du milieu humain. Chôra nous interroge encore aujourd’hui : comment penser l’écologie, le rapport entre ville et campagne, comment prendre en compte la symbolique des lieux, les habiter, respecter leur poésie sans y disposer (ou y forcer) des objets ou des architectures neutres -ou fétiches- transposables partout, déconnectés de leur milieu.

Cette réflexion résonne avec les Murs à Pêches. Car nous sommes ici topos et chôra : lieu objectif, géographique mais aussi lieu nourricier, symbolique et poétique qui lie les humains à leur milieu.

L’installation sonore Chôra tente d’éprouver cette expérience. Faite de ballons, remplie et nourrie par l’air du lieu, fragile et éphémère, pensée pour ce festival et cet instant, elle souhaite vous inviter à un moment de réflexion, d’écoute - ou de sieste !

Elle réagit à l’ensoleillement, la force du vent. Elle est très perturbée et peut se mettre en échec si trop d’appareils électroniques sont à proximité.

Sa matière sonore, un bruit blanc, est primaire : on la retrouve dans les éléments naturels tels que le bruit des vagues, le vent, la respiration des mammifères… 

Le dispositif de diffusion sonore est largement constitué de hauts parleurs à transducteurs : ici c’est la peau du ballon qui diffuse le son. Selon qu’ils sont plus ou moins gonflés, en fonction de la chaleur et de la dilatation de l’air, ce chœur respire un peu différemment.

 

Sources : Wikipédia / La Chôra chez Platon Augustin Berque (article en ligne) / Espace et lieu dans la pensée occidentale, Paris, La Découverte, 2012 Thierry PAQUOT et Chris YOUNÈS (dir.) / Ecoumène, Introduction à l’étude des milieux humains, Augustin Berque, Belin, 2010

Photos ci dessous : Chôra au Festival des Murs à Pêche (Montreuil)

Installation sonore Chôra
Installation sonore Chôra
Installation sonore Ballons
bottom of page